LA REDEMPTION

LA REDEMPTION

REDEMPTION (racheté à un grand prix)

RACHETE A UN GRAND PRIX

 

Du temps où l'esclavage était légal aux légal aux Etats-Unis, un gentleman vint à passer le long d'une rue particulièrement peuplée, et tomba soudain sur une vente aux enchères d'esclaves. Il s'arrêta pour observer la scène. Un à un, devant la foule, des esclaves montaient sur l'estrade, pieds et points liés, comme du bétail. Exposés aux railleries des badauds, ils étaient portés aux enchères. Certains spectateurs en profitaient pour inspecter de plus près la « marchandises », manquant de respect aux femmes, tâtant le biceps des hommes. Le gentleman regarda attentivement un groupe d'esclaves qui attendaient leur tour pour monter sur l'estrade. Son regard se porta sur une jeune fille qui se tenait debout, à l'arrière. On pouvait lire la peur dans ses yeux ; elle paraissait terriblement effrayée…Il hésita un moment avant de disparaître quelques instants. Lorsqu'il revient, le commissaire-priseur s'apprêtait à faire des offres pour la jeune fille. Un prix fut proposé et le gentleman doubla la mise. Tout le monde se tut, et le marteau du commissaire retentit avant que la phrase : « adjugé à ce monsieur » ne fut prononcée.

 

L'homme s'avança, se frayant un chemin à travers la foule. Il attendit au bas des marches pendant que l'on faisait descendre la jeune fille vers son nouveau maître. Sans rien dire, il prit la corde qu'on lui tendait, au bout de laquelle la jeune esclave était attachée.

 

La jeune fille fixait son le sol. Soudain, elle leva les yeux et lui cracha à la figure. Il ne dit rien et sortit un mouchoir de sa poche pour s'essuyer le visage. Il sourit gentiment et lui dit : « suis-moi ! »

 

Elle le suivit avec dégoût. Il s'écarta de la foule pour se rendre à l'endroit réservé aux transactions légales. Lorsqu'on libérait un esclave, il fallait établir des documents en bonne et due forme appelés certificats de manumission.

 

L'acheteur paya le prix fixé et signa les documents. Lorsque la transaction fut terminée, il se tourna vers la jeune fille et lui présenta les papiers. Interloquée, elle le regarda avec une expression de doute. Ses grands yeux semblaient lui dire : « Que faites-vous ?

-         Tiens, répondit l'homme à son regard interrogateur, prends ces papiers. Je t'ai achetée pour que tu sois libre. Tant que tu auras ces documents en ta possession, personne ne pourra de nouveau faire de toi une esclave.

La jeune fille le dévisagea. Que se passait-il ? Il y eut un silence.

Lentement, elle dit :

-         Vous m'avez achetée pour me libérer ? vous m'avez achetée pour me libérer ?

A force de répéter cette phrase, elle finit par réaliser se qui venait de lui arriver.

- Vous m'avez achetée pour me libérer ? »

Etait-il possible qu'un étranger ait pu lui accorder la liberté et qu'ainsi elle ne soit plus jamais esclave d'aucun homme ? Alors, prenant conscience, tout à coup de ce que signifiaient les documents qu'elle tenait entre ses mains, elle tomba à genoux, aux pieds de son bienfaiteur et se fondit en larmes.

 

A travers les larmes de joie et de gratitude qu'elle versait, elle s'écria :

- Vous m'avez achetée pour me libérer ?... je vous servirai toute ma vie ! »

 

Vous et moi étions autrefois sous les liens de l'esclavage du péché. Mais le Seigneur Jésus a payé le prix pour nous libérer en versant son sang au calvaire. C'est ce que la Bible appelle la rédemption

« En lui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce. (Ephésiens 1.7)

 

Alors bien-aimés que te reste tu à faire d'autre sinon adorer, louer et glorifier Dieu qui a fait ces choses pour nous.

« Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu. » (1Corinthiens 6.20)

 

Le sang de Jésus n'a pas été renversé ; il a été versé. Ce n'était pas un accident. Le Seigneur a choisi de mourir à notre place, versant son précieux sang pour nous. Jésus a dit de lui-même :

« C'est ainsi que le fils de l'homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon de plusieurs. » (Matthieu 20.28)

 

Pourquoi christ nous a-t-il rachetés ? Pour « que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclave du péché » (Romains 6.6)

AMEN

EV. John Marius KOUAME « les MESSAGERS DE L'ETERNEL »

Conseiller de connaîtredieu.com  07 40 25 88

 

QUE DIEU VOUSB BENISSE

 

 



19/03/2006
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 45 autres membres